Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

suit pas et ne pense pas comme vous. Mais si c’est pour vous que Dieu a fait ces miracles, pourquoy, au lieu de les faire chez vous, entre vos mains, sur vos pretendus proselytes, a-t-il, si je I’ose dire, affecté de les faire chez nous, au milieu de ce petit troupeau, ainsi que vous l’appellez, dans leurs assemblées, entre les mains de leurs pasteurs et en faveur des personnes seduites, selon vous, et aveuglées?

On a vu ces odieux et calomnieux parallèles, que vos autheurs ont faits et font encore de nótre pretendu party avec celuy des heretiques les plus declarés, et avons entendu les Galvinisies, les Lutheriens; tels autres errants qu’il vous plait, sont peut être moins errants que vous.

Quoy! M., ne seriez vous pas bien étonnez d’entendre dire quen un [lieu] du Lutheranisme ou du Calvinisme, dans un assemblé, ou plutót, une synagogue de Satan, dans un prêcbe Dieu eut fait un niiracle, pour recompenser par exemple la croiance d’une femme, qui auroit regardé la S‘« Bible dans son original, comme contenant Ia parole de Dieu écrite. Yous devez convenir, M., que les miracles dont je vous parle, ne doivent rien avoir de moins surprenant pour vous. En effet, Dieu ne fait jamais de miracle hors de son ni entre les mains des heretiques reconnus. Les miracles ne se transportent pas hors de la spbère de la puissance qui les opère, et cette puissance, a laquelle tont cède, ne reside que dans I’Eglise et ne s exerce jamais hors d’elle, ni autrement que par sa foy, pour la recompenser, soit pour la tester, et ordinairement pour I’un et pour I’autre.

Je m’assure, M., que Ie raisonnement que je vous fais icy, vous pousse si fort, vous et vótre parti, que

Sluiten