Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

aultres lieux puissent posseder et exiger en particulier des prelatures et prebendes, Ce que considerant ledit doyen avec plus d’attention leur replica, que doncques en premier lieu ils ne pourroient luy denyer son droict particulier et anchien de cbanoinie et prebende de Deventer, que au temps des treves ils avoient aussy recogneu. Et luy fut advisé icelle proposition et dict que pour ceste seule cause ils estoient venus en conference par charge des Bstats d’Overlssel, afin d’GfiFrir au doyen 500, 600, 700 et a la fin jusques a mille florins pour son droict, exhibant a eest efi’ect Ie decret des Estats signé et séellé, qu’ils n’avoient que ceste seule et pas aultre commission. Laquelle presentation comme honeste et profictable fut esté loisible au doyen d’accepter, s’il n’eut aussy voulu negocier et traicter la cause generale, et aussy de ses aultres confrères. Car disoient les adversaires: Que les aultres parlent pour soy, et facent exhibition de leur droict. Respondit Ie doyen qu’il traictoit aussy pour eulx, et que partant en ce regard il ne demandoit ou exigeoit pour lors que cincq cens florins pour son droict, et que d’oresenavant il faisoit aussy en commun semblable instance pour les aultres, et que des cincquante, voires septante mille et davantaige (que Ie doyen leur presentoit pour Ie revenu annuel des biens ecclesiastiques) il demandoit que du moings sept mille ou environ, de bongré, leur fut accordé.

A quoy les adversaires ont faict repelition du principe, qu’ils estoint une des Provinces unies et qu’ils ne pouvoient estre excluz de ceste generale union et convention de suspension de confiscation; et qu’aussy avoit sur ce faict particulier ainsy esté conclu en I’assemblee des Estats generaulx, que plustost se debvroit

Sluiten