Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

528

In deze opgave is nog volstrekt niet berekend alle mondelinge wenken die ik uwe dochter gaf, toen ik bij u te diueeren was gevraagd, eene gratis verleende vriendelijkheid om haar een juist beeld van de muziekwetenschap te geven, in de hoop haar daarmede van nut te zijn en er haar van te laten profiteeren. Verdere uiteenzettingen dat men verplicht is de menschen te betalen die u een dienst bewijzen, behoef ik u niet te geven, daar gij zelf mij duidelijk te verstaan hebt gegeven dat ik doctor Cr-io 110 francs moet betalen omdat hij mij eenige raadgevingen, zoo terloops gedurende het diner gaf, die mij gelukkig weer gezond hebben gemaakt. Ik ben overtuigd dat het u duidelijk zal zijn welk een groot onderscheid er bestaat tusschen de zoogenaamde bezoeken van dien arts en mijne werkelijke diensten, en dat gij daarom mijn rekening, in verhouding tot die van den doctor, hoogst bescheiden zult vinden.

Ik groet u onderdanig en verblijf,

Uw toegenegen:

Nicolo Paganini.

5. Een curieuse brief van Hector Berlioz. De Revue musicale publiceert een brief van Hector Berlioz, die zeker merkwaardig genoemd mag worden. Het jaartal is onbekend en men weet niet aan wie dien brief is geadresseerd. De echtheid wordt met nadruk verzekerd.

De brief luidt:

Monsieur. 26 février.

Vous voulez bien me demander mon opinion sur le romantisme et interroger sur mes principes, mon credo, etc. Je pourrais vous répondre qu'il ne m'appartient pas de me tirer a moi-même la bonne aventure, que les quelques ouvrages que je suis parvenu a faire entendre au public disent assez ce que j'aime, et que je suis peut-ótre un mauvais interprète, autrement qu'avec les violons, de ce que je pense. Mais votre lettre est infiniment trop flatteuse pour que son seul résultat soit de me faire paraitre incivil; je vais done vous satisfaire.

Je suis un classique. — Romantique? Je ne sais pas ce que cela signifie.

Par art classique, j'entends un art jeune, vigoureux et sincère, réfléchi, passionné, aimant les belles formes, parfaitement libre. Et par ce mot classique, je désigne tout ce qui a été fait d'original, de grand, de hardi. Gluck et Beethoven sont des classiques; ils ne se sont jamais gênés pour dire ce qu'ils voulaient, comme ils voulaient, au mépris de certaines régies. Virgile et Shakespeare sont des classiques. La seule chose que je méprise, c'est 1'initiative plate sans fiamme, sans volonté.

Ma maison n'est pas une chapelle; mais j'en encadrerais volontiers la porte, comme Cocas, avec les têtes de certains „classiques", qu'on a gratifiés d'une étiquette menteuse, en les considérant comme les continuateurs des plus grands. Etant classique, je vis souvent avec les dieux, quelquefois avec les brigands et les démons, jamais avec les singes.

Je souhaite, monsieur, que ces quelques lignes vous renseignent suffisamment, et vous prie de me croire, avec une parfaite estime, vetre bien dévoué serviteur.

Hector Berlioz.

Sluiten