Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

No. 78. — 1824, Juni 16. — FALCK AAN CANNING l).

Vous m'avez particulièreraent obligé par votre empressement a m'entretenirpar écrit des objets qui ont traités dans notre conférence de lundi *). La pièce») jointe a la note que V. E. m'a fait ttionneur de m'adresser hier, rappelle avec exactitude les ouvertures faites il y a un an par mon prédécesseur, — mes instances actuelles pour qu'elles soient prises en considération par le gouvernement anglais — et les avantages qu'il y aurait pohtiquement et conunercialement a modifier de part et d'autre les droits d'entrée sur les manufactures, de manière que ceux qui sont aujourd' hui prohibitifs, devinrent simplement protecteurs.

Mais malgré le plaisir que m'a causé la lecture de ce document, je trouve quelque difhculté a 1'envoyer en Hollande soit comme minute de ce qui s'est passé a la susdite conférence soit comme réponse a la note du baron Fagel. II y est dit que „les lords du Comité du Commerce ont pris cette note en considération ultérieure". Ces expressions me feraient penser que s'est plutót la minute d'une consultation de ce comité postérieurement a notre conférence de lundi, et en ce cas je comprendrais aussi la date qui se trouve en haut de cette pièce: j,Minute Juhe 15» 1824". Mais si ces mots: „The lords of the Committee", et tout ce qui suit se rapportent seulement a 1'opinion favorable que M. Huskisson a émise^ enma présehce, alors il me resterait toujours a solhciter votre assurance formelle que le gouvernement aura égard a la recommandation du Board of Trade, et qu'en conformité de cette recommandation on procédera a négocier une cohvention commerciale avec les Pays-Bas aussitót que 1'affaire des discriminating duties aura été arrangée a la satisfaction commune.

V. E. approuvera, j'espère, que je lui communiqué ces doutes d'une manière confcdentielle. Bs portent moins sur le fond que sur la forme, et il est possible que peu de mots suffissent pour les éclaircir. Je serais venu au Foreign Office pour vous en parler, si je n'avais supposé que pendant ces derniers jours de la session du parlement tous vos moments sont comptés. Je me natte cependant d'obtenir avant le courier prochain une courte entrevue ou bien quelques lignes de réponse a ce qui précède.

!) Gedrukt: Colenbrander, Gedenkstukken, VIII, I, no, 194. •) 14 Juni; zie no. 76 ») No. 73.

Sluiten