Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

anglais a ceux que paye 1'importation par des navires beiges, et réciproquement; 2°. a assurer aux sujets de S. M. Britannique la continuation du débouché avantageux qu'ils doivent a la modération du tarif des Pays-Bas; 30. a procurer au commerce anglais les autres avantages dont il croirait avoir besoin aux PaysBas, en sus des facilités déja établies par le tarif. Quant a la nature de ces avantages je ne puis anticiper sur 1'indication qui en sera faite de la part de l'Angleterre, et je dois me borner a déclarer que mon gouvernement est pirêt a accéder a toute proposition raisonnable, pourvu que le traité contienne: 4°. des diminutions importantes dans le taux des droits britanniques pour un certain nombre de productions soit du sol soit de 1'industrie belgiques, formant déja actuellement ou pouvant former par la suite une branche d'exportation vers la Grande-Bretagne.

Indiquer ces productions n'est pas une tache aisée pour un étranger qui ne peut être que superficiellement instruit des circonstances d'après lesquelles il vous paraitrait nécessaire de maintenir telle mesure prohibitive ou telle restriction ayant par exemple rapport au système des accises. Le traité de commerce avec la France, conclu en 1786 fournit bien quelquès lumières sur les objets susceptibles d'être admis a la consommation en Angleterre: verrerie, porcelaines, cambrics, millinery, hosiery etc, mais cela n'est pas suffisant, et ainsi je ferai mention dans mon projet de différens articles intéressans pour les Pays-Bas, sans examiner d'avance quelles objections peuvent se présenter de votre cöté, et sauf a substituer d'autres demandes a celles qui, dans le cours de notre négociation, seront trouvées incompatibles soit avec le système général de votre administration, soit avec les circonstances du moment.

Au reste ce traité de 1786 est un modèle d'autant plus imparait que nos relations actuelles sont tout-a-fait différentes de celles qui existaient alors entre l'Angleterre et la France. Alors il s'agissait de faire une transaction entre deux systèmes également prohibitifs, et de la résultait tout naturellement 1'engagement réciproque de percevoir 12, 15 ou même 30%. Mais aujourd'hui 1'une des parties contractantes est deja beaucoup au-dessous de ces taux; elle n'a plus guères a promettre que de s'y tenir con-

^'Het ï.g. Eden-tractaat van a6 September 1786.

Sluiten