Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

< < . a AamirtAanit hoaiirrMto nlus de

i^e aeDarq' par nuvcu iJZ-Tij

temps paree qu'ü faudrait des transports plus considerables et crautre part la sécurité serait moins compléte.

Ceci admis, il resterait a règle* khvers autres points, savoir: les transports par ch. de fer, la quesüon des réquisitions auxquelles 1'armée anglaise pourrait avoir recours, la auestion du commandement sup' des forces alliées.

II s'informa si nos dispositions étaient suffisantes pour assurér la défense du pays durant la trayersée et les transports des troupes anglaises, temps qud évaluait a une dizaine de jours. , _ ., . 1

Te répondis que les places de Namur et de Liège étaient a 1'abri ct'un coup de main et que, en 4 jours, notre armée de campagne, forte de 100.000 hommes, était en êtat d'intervenir. . , . . „„

Après avoir exprimé toute sa saüsfacüon au sajet de ma dédaration, mon interlocuteur insista sur le fait que: 10. notre conversation était absolument oonfid*; 20. ne pouvait her son gouvt; 30. son numstre, ÏTE.M. gén»» anelais, lui et mol étaient seuls, en ce moment, dans ia confidénce^iÏÏignorait si son Souveram avait été pressenti.

* * *

Dans un entretien subséquent, le Ltflg. Bornordiston m'assura qu'ü n'avait jamaftnrecu de confidences d autres attachés mü»witt sujet de notre armée.

II précisa ensuite les données numtóouè» eoncernant les forces anglaises; nous pourrion» eompter que, en 12 ou 13 jours, seraient débarqués: 2 corps d armee; 8 bng. ae cavie et'aWB.^'inf» montée. . .

H me demanda d'examiner la quesüOfi. du transport de

ces forces vers la l^'*-»f2!^^if^H^&te dans ce bot, il me promit la compositum détaulée de 1 armée

dCIlrS'sur la question des effAÖeHOtre aimée de campagne en insistant pour qu'on ne fit pas de detach. de cette armée a Namur et a Liège, pufcque ces places étaient oourvues de garnisons suffisantes.

II me demanda de fixer mon attenuon sur la necessité de permettre a 1'armée anglaise de bénéficier des avances prévus par le Règh sufles prestauons mil««. Enfm, d insista sur la question du commandement suprème.

Te lui répondis que je ne pouvais nen oik.^"^ dernier point, et je lui promis un examen attentif des autres questions. #

Sluiten