Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bel,f l£ * tH"r ««ourant de ce que se passait S 1^ pays Rhénans qui nous avoisinent. JeïusTwPcorfe^quf che nous, le service de surveillance au delè de k frontóre' mUmpS,de P*** ne r?Iève Das directement de notre éral' d?n«?i£ 3UC n aV0ns P38 d'attachés nri^uïès de nos legaüpns. Je me gardai bien cependant, delui fvouS quej'lgnorais sr le service d'espionnage. qui est prescrit

de £Sr,Zgl ' ét3it°U?onmaisilesqtdemondS de signator ici cette atuation qui nous met en état d'infi! nonté vis-è-vis de nos voisins, nos ennemis eventueis.

Le gw Major, Chef du Corps d'E. M.

Note. Lorsque je rencontrai le Général Grearson è ComP ègne, pendant les manoeuvres de 1906/d m'assum que la réorgon de 1'armée anglaise aurait pour résukat non seulement d'assurer le débarqt deT/o ooo hs' majs de permettre leur action dans un Téla? plus court que celta dont ü est question précédt. P

fin Septbrt igo6.

b. d-

Coottdentielle.

T^M^n"^". angiais a demandé a voir le Général Jungbluth. Ces Mess eurs se sont rencontrés le 23 avril

euj «„,«lui &„, ^ d«,j£ï£ ssa

Tout est prêt.

rr1^cGoUVT,5m.cn<: britannique, lors des derniers évène-

Sluiten