Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

celle de MM. les Estatz environ les trois heures après midy vis4-vis de Nieuport vers le nord a 15 lieues en mer. Ladite flotte demeura a lancre jnsques a ce que les Anglois fussent a la portee du canonpour lors l'admiral Ruyter donna signal de couper les cables et se preparer au combat. Les ennemis, cependant, ayant les dessus du vent, firent leur attaque d'une telle sorte qu'ils percerent toute la flotte nollandaise, non toutesfois sans beaucoup de dommage, outre ce qu'ilz perdirent le dessus du vent, lequel ilz ne purent regagner ce jour-la. 10 * oT* 8Ulvante' les deux arme'es s« reposerent, et le lendemain ld i 9 heures du matin, le grand-admiral d'Angleterre qui porte le pavillon rouge tirant un coup de canon et Ruyter respondant par deux, les deux flottes eommancerent derechef leurs attaques. Les Anglois avaient 55 vaisseaux et les Hollandois 85, qui estoient en forme de demye-lune. La flotte hollandoise ayant esté traversée par I angloise, qu avoit le vent, qui estoit changé la nuit, favorable, traversa ensuitte celle des Anglois. Ce combat dura jusques a 9 ou 10 heures avant midy 12 de ce mois. Les Anglois voulant de nouveau avecqz toutes leurs forces traverser la flotte d'Hollande, 23 de leurs vaisseaux estans passez, les Hollandois se serrerent aveqz addresse et les separerent du reste de leur flotte, puis après, ayant le vent desditz 23 navires, les aborderent ensuitte, de quoy tout le reste s'entre attaqnerent de bord a bord, faisans grand feu de part et d'autre jusques sur les 4 a 5 heures après midy, pendant lequel temps furens bruslez 10 vaisseaux anglois et un des Estatz, sur lequel estoit capitaine Block, de 1 equippage duquel ne sont sauvé que 5 hommes de 350 quil y avoit. Toute la nuit battoient se retirant, jusques au jour de Pentecoste vers le soir, auquel temps le Prince Robert, ayant une esquadre de 26 vaisseaux, vint a leur seoours et les fit tous retóurner au combat. Mais la nuit ayant empesche' les attaques, ilz se reposerent jusques au lendemain lundy matin 14» dudict mois. Ce fut pour lors que la victoire fut disputée de part et d'autre avee bien de la ehaleur et de 1 incertitude. L'admiral Ruyter avoue luy-mesme qu'il ne tint presque a rien que les Anglois ne gaignassent cette bataille, dans laquelle ilz ont bien fait voir qu'ilz estoient de vaillans soldatz etverttables mariniers, battans conthiuellement d'une force et ordre admirable M. de Ruyter, voyant que la victoire balancoit, fist mettre hors de son vaisseau le pavillon rouge, signal de faire une attaque et assaut general, et, a la verite, sy les Anglois avoient pu supporter et resister a ce dernier effort, il y a toute apparence que la victoire et la mer leur auroit este ceddez. Mais, estant poussez avecqz grande force et vehemence ilz furent contraincts de se separer et quitter tout ordre de combat' fuyans de ca et de la. L'admiral d'Angleterre, du pavillon blane, fut repousse sur les bancs de Yermuth par M. Tromp, lequel le poursuivant et luy baillant ses descharges, luy cria de se rendre et qu'il y avoit

Sluiten