Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

arriva avant-hier sur le midy, pour y faire travailler en diligence et pour en faire remettre une partie en mer, au commencement de la semaine prochaine. Si l'armée navale du Roy, sous M. le Duc de Beaufort, arrivé presentement, les Anglois n'oserout plus paroistre et acheyeront de perdre leur pretendu empire de la mer.

236. D'ESTRADES AAN LODEWIJK XIV, 17 Juni 1666 i).

II y a un Provencal lieutenant de l'admiral Ruyter qu'il a

fait capitaine de son vaisseau dans ce combat, le sien ayant esté toé, qui est un des plus braves hommes du monde, qui entend bien la mer, et fort bon pilote. II est marié en Hollande et y sert depuis 20 ans. II est venu dans les charges de simple matelot. Si M. le duc de Beaufort joint la flotte il sera aysé de 1'attirer au service de V. M. si elle 1'agrée, et avant de 1'engager M. le duc de Beaufort le pourra faire esprouver par des capitaines expérimentés de la flotte de V. M.

Je remarque a présent parmi les députés de toutes les villes une grande envie de pousser vigoureusement cette guerre contre les Anglois. Ils offrent pour cela plus d'argent que les Estats n'en demandent pour faire de nouveaux équipages; et il se trouve plus de matelots qu' auparavant.

236. D'ESTRADES AAN LIONNE, 17 Juni 1666 *).

Vous verrés tout ce qui s'est passé par les- deux depêches que je me donne 1'honneur d'escrire au Roy s). MM. le comte de Guiche, prince de Monaco et marquis de la Frette et d'Amilli vienent d'arriver. Je les ay embrassés avec joye, on ne peut asses exagerer les grands perils qu'ils ont couru. S. M. auroit fait grande perte si ses braves gens avoient peri comme ils en ont esté sur le point. M. le comte de Guiche a combattu sur 3 vesseaus avec une opiniatrettéincroyable selon le rapport de tous ceux qui 1'ont veu, et dans le plus grand peril a tousjours conservé son jugement et a seeouru fort a propos son beaufrère, qui eust peri sans luy et qui n'estoit pas si acoustumé au peril que M. le comte de Guiche. Pour MM. de la Frette, il n'y a pas de gentishomes en France plus braves d'avoir entrepris de passer en plein jour au travers de l'armée des Anglois pour joindre l'admiral de Hollande, c'est une chose si extraordinaire qu'on en parle partout avec admiration et d'autant plus que le capitaine de la galiotte avoit

1) A. E., Hollande 80. — Uit den Hiag. — Het begin dezer dépêche is gedrukt in d'Estrades IV, 321, waar evenwel op bl 325 niet gelezen moet worden „comme ils ont fait", maar „comme il ont creu".

2) A. E., Hollande 80, ff. 169—'70. — Uit den Haag.

3) D'Estrades IV, 317, 321.

Sluiten