Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de Danemarc, et de 1'electeur de Brandebourg. Lesdits bien intentionés snplient S. M. de scavoir que le Roy de France entend que l'assemblée du traité de la paix se devroit faire a Paris, et eux disent que sous correction elle se devroit faire dans une place neutre si comme a Hambourg, Couloigne, Liege on autre semblable, scachant bien que si S. M. le desire ainsi, il le luy sera accorde. II est trés constant, et scay de bonne part, que de Ruyter est chargé expresseraent d'attaquer les vaisseaux qüy sont aux havres de Harwits Bay et ailleurs oü il les pourra aborder, soit par brülots ou autrement, afin de les" enlever on incomoder s'il luy est possible, a quoy on suplie d'y prendre garde, pour prevenir a toutes surprises. Je partiray, s'il plait a Dieu, demain pour la Haye, afin de veiller sur ce quy va de mon devoir pour le service de S. M. très-sacrée, de quoy je vous en informeray au plutot qu'il me sera possible.

258. D'ESTRADES AAN COLBERT, 22 Juli 1666 i).

J'ay receu la lettre que vous m'aves fait 1'honneur de m'escrire de 16' du courant 2).

Messieurs les Estats attendent avec beaucoup d'impatience 1'arrivée de M. le duc de Beaufort dans la Manche. Ils ne doutent pas qu'après cela le eommerce et la mer ne soient libres, et que les Anglois ne se disposent d'entendre a une bonne paix.

J'ay entretenu M. de Wit et M. Huguens des Estats Generaux, qui est agé de 80 ans, sur le sujet du salut des Admiraux. Je leur .ay dit comme de moy mesmes que 1'Admiral de France devoit estre salué par celuy de Hollande en abattant les deux husniers et son pavillon, et qu'il tirast 15 coups de canon, sans que 1'Admiral de France baisse ou ploye son pavillon, mais rende seulement 13 coups pour 15, et qu'après cela M. de Beaufort envoyera advertir 1'Admiral des Estats de relever son pavillon.

Ils m'ont respondu qu'il ne faloit pas parler de jonction, si le Roy avoit de telles pretensions. Que cela est bon lorsqu'une escadre comme celle qui est a present jointe avec la flotte du Roy est rencontrée par celle de S. M., mais que, lorsqu'une flotte des Estats aussi forte qu'est la leur se joindra avec celle de France, qu'on ne peut en user autrement que l'on fit a la Rochelle lorsque 1'Admiral Hautein fut joindre la flotte du Roy. II baissa la misène, et puis le pavillon, et tira ensuite 15 coups de canon. L'admiral de France baissa son pavillon, tira 13 coups, le releva, et après fit signal a celuy de Hollande de relever le sien.

1) B N., Mélanges Colbert, 138"», ff. 916—917. — Uit den Haag.

2) Niet bekend.

Sluiten