Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

avec Messieurs les Hollandois. II faut scavoir 1'estat de la flote des Anglois pour cela, et 1'intention des Provinces-Unies. Neanmoins j'oserois presque m'avancer de dire que, pour peu qu'ils occupent leurs ennemis de leur costé, je croy que je feray du mien le coup de la belle maniere et de la hauteur qu'il faut, Monsieur Du Queshe joint, qui est de les aller, trouver avec un bon vent. L'on faict bien du chemin en peu de temps et les nuicts estant longues, on ést bientost passé de Calais a Flessingue.

M. de Terron a faict fournir aussy promptemént qu'il a pü les choses qui estoient necessaires. Les voiles et les cables sont a Brest, nous les y prendrons sans entrer dans la Darse, craignaut extremement les ports et les rades avec les Francois. Permettez-moy de vous dire que je ne voy pas grands preparatifs icy ponr 1'année prochainë. Pressez, s'il vous plaist, M. de Terron la dessus, et pour luy oster toute excuse, faictes luy fournir de 1'argent si vous 1'avez agreable, si mieux vous n'aymez vous mesme tant a Toulon qu'icy, sur un estat général que l'on vous peut faire jusques aux moiudres choses, les faire achetter et les envoyer a ces deux lieux-la, si celuy de Brest ne vous aggrée pas davantage que celluy-cy. Pour moy, ce seroit toupurs mon advis que celuy-la, et je me fais fort, quand vous 1'aggreerez, sur ce qu'il vous plairra de m'escrire du port et nombre de navires que S. M. veut armer, de vous dire jusques a la moindre chose qui sera necessaire et les lieux oü l'on les peut prendre. Cela ne vous scauroit nuire, quoy que vous jugiez a propos de faire.

J'ay une extreme impatience d'avoir des nouvelles de 1'escadre de Ponant. En me rendant a Brest, je la couvre en quelque manière, et, si je scavois qu'on allast au devant d'elle, je croy que S. M. auroit sujet de se plaindre de moy si je ne hazardois tout pour la gard er d'insulte, me mefiant des ennemis en toute maniere. Si M. Du Quésne perdoit un moment de temps, après les ordres precis de S. M., il seroit bien coupable.

Avec luy et les autres officiers de son escadre, que j'estime fort et les nostres aussy, nous visiterons Aubeurac, dont je vous envoyé le plan, comme je vous 1'avois promis, et les autres endroits que vous m'avez marqués, avec bien du soing, lesquels, s'ils se trouvent bons, ne se peuvent assez estimer.

II seroit bien necessaire de faire porter a Brest bon nombre de poudre, mesme d'en avoir a Calais et a Boulogne. Dans un grand combat, il en est usé furieusement. Ce qui restera de bons pilotes costiers a Calais, Boulogne et Dunkerque, je vous supplie qu'ils ne soient envoyez a Dieppe, car jusques la nous n'avons pas affaire d'eux, et proche des bancs, si nous ne les avions, nous courrions risque tous les soirs presque d'eschouer nos navires. Souvenez-vous, s'il vous plaist, de cela comme de la chose de laquelle nous nous scaurions moins

Sluiten