Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

393. WICQUEFORT AAN FREDERIK UI, 13 Aug. 1667 »).

Les Estats d'Hollande, devant que de se separer, il yaaujourdhuy huit jours, acheverent le grand ouvrage auquel ils travailloient depuis plusieurs années, en supprimant la charge de gouverneur et lieutenant general de leur province, obligeant tous ceux qui entreront dans le magistrat dss villes, et dans 1'assemblée des Estats, de promettre par serment solemnel, qu'ils ne souffriront point que l'on en nomme un, ny mesmes que l'on mette cett'affaire en deliberation, ny dans les villes, ny dans 1'assemblée, et que si quelqu'un les en sollicite, ou en parle, ils le reveleront. Cette resolution fut prise d'un consentement unanime de tous les deputés, et par ce moyen l'on osta la jalousie et la desfiance qui divisoit les villes, et qui y faisoient naistre des factions et des cabales pour les interests de M. le prince d'Orenge. Aussy disent elles toutes, que c'ést la le premier jour de leur liberté, qui n'estoit pas entiere, tant que la province pouvoit tomber entre les mains d'un gouverneur. Ils resolurent en mesme temps, que le prince pourra prendre seance au conseil d'estat pour s'y rendre capable des hautes charges auxquelles on le destine; mais ce n'est qu'a condition que les autres provinces declareront les deux charges de capitaine general et de gouverneur de province incompatibles, de sorte qu'il ne tiendra qu'a elles de faire la fortune du prince d'Orenge, ou de la perdre en cette occasion; paree que si elles h'entrent pas dans les sentiments des Estats d'Hollande, mais pretendent le faire gouverneur de quelques-unes de leurs provinces, ils ne permettront pas qu'il entre au conseil d'estat, ny qu'on luy donne la charge de capitaine general, a laquelle ils le destinent. Aussy est-il fort satisfait de M. de Wit, qui 1'a fort servy en cette occasion, oü les deputés de plusieurs villes estoient d'advis qu'on lui ostast toute 1'esperance de pouvoir parvenir un jour a 1'une de ces deux charges. II ne tiendra presentemeut qu'aux autres provinces de donner des preuves de 1'affection qu'elles ont dit avoir pour le prince. On scaura leurs sentiments dans huit ou dix jours, paree que les Estats de toutes les provinces s'assemblement la semaine prochaine pour deliberer sur la ratification des traittés d'Angleterre et de Suede.

894. EDWARD GREGORY AAN PEPYS, 15 Aug. 1667 2).

You have highly obleidged mee in your kind acceptance of my late meane inconsiderable offering, which neither cladd inoratorynor embellished with rbetorick was .I'11 assure you the naked truth, and I dare frankely subscribe to that accompt, omitting the usual phrase

1) R. K. — R. H. — Uit den Haag.

2) Bodleian Library, Oxford. — JIs. Rawlinson A 195, fol. 118. — Uit Chatham.

Sluiten