Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

vaisseaux des Hollandois, qui n'en ont nou plus que ceux-cy, ce qui fait bien Voir qu'estant condamnées presqüe partout, elles ne doivent estre receues en aucun lieu.

7. Tous leurs vaisseaux sont beaucoup plus bas et beaucoup plus fregate's que les notres, et par consequent moins envolumés. Ils croient que plus un vaisseau est razé, moins il donne de prise dans un combat, et plus il en a sur son ennemy, s'il est tant soit peu plus haut. Ces raisons, qui sont fort bonnes pour la guerre, sont encore meilleures s'il se pent pour la navigation. Un vaisseau qui donne moins de prise au vent par son corps hors de 1'eau, et qui ne luy presente que ses voilles, en est beaucoup plus viste; ses ceuvres mortes ne font que le charger, et de cette sorte il faut tascher de les faire et les moins hants et les plus legers qu'il est possible. Ainsy il faut tascher d'imiter en cela le3 Anglois pour ce qui regarde les vaisssaux de guerre.

8. Le jugement qu'ils font de nostre marine est plus avantageux que celuy qu'on en fait en Hollande. Ils croient que nous pourrons devenir entierement habilles, mais que nous n'avons pas encore assez d'expérience, s'estonnant des forces du Roy sur mer, et ont peine a compendre de quelle sorte nous avons peu avoir en aussy peu de temps un aussy grand nombre de vaisseaux. Quelques-uns d'entr'enx en doutent, et ceux qui le croient en paroissent un peu jaloux, car qui semble vouloir disputer 1'empire de la mer aux Anglois les touche dans la partie le plus sensible. Cette nation ne s'est rendue abondante que par le commerce, ny redoutable que par les forces quelle a eu de tout temps sur mer. Ainsy, quand ils parient de nostre marine par rapport a eux, ils disent sur la maniere de nos constructions que nos vaisseaux sont plus pesants que les leurs, trop eslevez sur 1'eau, plus difficilles a conduire que ceux d'Angleterre, et qu'ausy n'estans pas sy adroits queux, nos mariniers moins habilles et nos officiers moins entendus pour les manoeuvres, que nous aurions peine a nous bien servir de nos vaisseaux en temps de guerre. Cependant, ils nous croient trés braves, ce que Laroche fit sur leurs costes leur ayant donné assez bonne opinion de nos gens de mer. Aussy, ils nous louent assés et pensent que, sy l'on continue en France a cultiver le marine, qu'elle y sera aussy bonne qu'ailleurs. C'est beaucoup faire pour eux que de ne point nous blasmer en cela, et de nous traiter avec honneur, car, lorsqu'ils parient des Hollandois, ils les traitent avec un mespris et une haine implacable.

9. Ils composent 1'epuipage de leurs vaisseaux suivant ce qu'ils en ont a faire en temps de guerre. Sur un vaisseau du premier rang et qui doit servir d'admiral, comme sur le Souverain ou sur le Prince,

Sluiten