Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

par le vaisseau Anglois portant pavillon bleu. En cas de crime commis sur les vaisseaux Francois et entre Francois. la justice sera faite par ledit S.1 viceadmiral dans le conseil guerre en la maniere accoustumée. En cas que les crimes soient commis entre Francois et Anglois, S. M. desire que la justice en soit faite par un nombre égal d'officiers des deux nations.

Ledit S.r viceadmiral doit estre informé que S. M. a fait assembier au Havre et a Dunkerque diverses marchandises propres au radoub des vaisseaux, comme armes, cordages, cables, voiles, bois de toutes sortes, masts, goldron, ensemble des poudres, boulets et munitions de guerre avec ordre aux commissaires généraux Hubert qui sert a Dunkerque et Brodart qui sert au Havre d'en assister 1'armée de S. M. en cas de besoin.

A 1'esgard des prises de vaisseaux ou de prisonniers de guerre, il en sera usé ainsy que 1'ambassadeur de S. M. a Londres en sera couvenu avec le Roy d'Angleterre ou avec M. le Duc d'Yorck, dont ledit S.r ambassadeur donnera advis audit S.r viceadmiral. S. M. envoye dès a présent ses ordres a son dit ambassadeur en Angleterre pour traitter de tout ce qui concerne les saluts réciproques, justices, prises, et autres pouits contenus en la présente instruction, et en convenir avec ledit Roy, et en cas qu'il y arrivast quelque changement, sadite Majesté en fera donner advis audit S.r viceadmiral.

Lors de la séparation des flottes après la campagne ledit Sr. vice admiral prendra son temps pour retourner a Brest et a Rochefort, et comme le Roy d'Angleterre s'est obligé de ne faire rentrer sa flotte dans ses ports qu'après avoir donné le temps a celle de S. M. de se retirer, ledit S.r viceadmiral tiendra la main a ce que cette condition s'exécute de bonne foy.

Dans toutte la suitte de la campagne, et pendant tout le temps que la flotte de S. M. sera jointe avec les Anglois, elle veut qu'il s'applique particulierement a éviter toutes les querelles particulieres et qu'il fasse en sorte que tous les officiers d'armée de S. M. vivent en une bonne et parfaite intelligence avec les Anglois, en sorte qu'il ne puisse jamais y avoir aucun different entre'eux que celuy qui proviendra de 1'émulation qu'il y aura de faire les plus belles actions. Et comme S. M. s'asseure qu'en une occasion aussy importante que celle-cy pour la gloire de ses armes et la grandeur de son régne, ledit S*. Comte d'Estrées donnera des marqués signalées de sa valeur, de son expérience et de sa bonne conduite, elle désire aussy qu'il se serve de tous les moyens qu'il pourra pratiquer pour exciter dans les esprits de tous les officiers de 1'armée 1'envie de donner les mesmes marqués de leur courage et une forte résolntion de faire connoistre aux Anglois qu'ils ne leur cèdent point, et mesme qu'ils les surpassent en valenr et fermeté, et en connoissance de tout ce qui concerne la guerre maritime.

Sluiten