Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

vrientschap tusscheu Engelant en onsen staat weder soude konnen herstellen, alsoo wel garen daertoe soud willen arbeyden als groote occasie hebbende; immer soo TJE. daertoe occasie heeft, dat my kont laten weten waermede Engelant satisfactie soude nemen en ons willen bijspringen om de groote macht der Fransse te stutten, 'k gelove dat het ter rechter tijdt soude komen.

56. D'ESTRÉES AAN COLBERT DE CROISSY, 20 Juni 1672 i).

Monseigneur le duc d'Yorck ordonne au gouverneur de Douvres de vous donner part de tous les avis qu'il recevra des ennemis, soit qu'ils occupent la Manche ou les envrions du Pas de Calais avec une escadre ou la plus grande partie de leurs vaisseaux. Et, comme j'en ay envoyé deux a Dieppe et au Havre, dont rien n'est plus important que d'asseurer leur retour, vous trouverés bon que je vous suplie trés humblement de despecher des bastimens ou barqnes de pescheurs exprès pour les avertir non seulement des avis que donnera le gouverneneur de Douvres, mais encore de tous ceux que vous aurés, s'il vous plait la bonté de tascher aprandre de vous mesme. Et cela ne doit pas, s'il vous plaist, vous empescher d'envoyer a Dieppe des couriers exprès pour le mesme effet, estant le plus important service que l'on puisse rendre que d'assurer le passage de ces deux vaisseaux.

Je ne doibs oublier, Monsieur, a vous dire que ces vaisseaux doi* vent revenir incessamment et qu'il ne faut cesser, s'il vous plait, ces soins que lorsque je vous manderay qu'ils sont arrivés.

57. COLBERT DE CROISSY AAN COLBERT, 23 Juni 1672 2).

Je demeuray hier toute la journée prés de nos vaisseaux en de longs esclaircissemens sur ce qui s'est passé au dernier combat; et, quoyque M. le comte d'Estrées eut auparavant mon arrivée esté sur le bord de M. du Quesne et eut fait tous ses efforts pour restablir la bonne intelligence, neantmoins, je trouvay ledit Sieur du Quesne extraordinairement aigry. Mais je luy ay fait connoistre qu'il avoit tout sujet de se louer de mondit S.' le comte d'Estrées, et que l'on ne devoit imputer les bruits qui ont couru au prejudice de son honneur qu'a quelques Anglois mal affectionnées au service du Roy leur maistre;

1) B. N., Mélanges de Colbert 160, pp. 549—551. — „A bord du Royal Prince". Origineel.

2) B. N., Mélanges de Colbert 160, pp. 509—514. — „A bord de VEnriette, pres Chatan".

Sluiten