Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

horloge comme en un peloton, revira sur lui pour le secourir s'il estoit pressé. Plusieurs de nos capitaines disent qu'il fist cette manoeuvre; pour moy je me süis trompé ou je 1'ai veu avec ses basses voiles carguéez et ses huniers bas attendant ledit Tromp. Quoyqu'il en soit ils ne furent ensemble qu'a dix heures du soir, paree que ledit Tromp poursuivoit 4a frégate angloise apellée la Cainbridge qui estoit dégréé et démastee de son grand hunier; son audace alla jusqu'a conduire luy-mesme un brulot a bord de la ditte frégate, mais le capitaine qui la commandoit, mist le feu a ses artifices de si loin qu'il brusla son vaisseau sans effet. Ce mauvais succès ne rebuta point Tromp, qui se tenant a la hanche de la Cambridge Ia pressoit toujours aisément par le feu de sou canon. L'intrépidité que le capitaine anglois témoignoit ne se peut assez louer. Mais j'avois honte de voir qu'on ne s'empressoit pas trop de 1'assister, quand je vis partir du bord du Glorieux la -chaloupe que le chevalier de Valbelle lui envoya pour le remorquer. Le S.r Jean Paul Laugier lieutenant en second estoit pour faire nager les matelots sur lesquels les ennemis firent grand feu. Cependant le chevalier de Valbelle soustenoit celuy qui sortoit du vaisseau de Tromp, et partageoit avec le S.r Erbert les coups qui en partoient, c'est le nom du capitaine. Ce feu dura prés de deux heures et ne cessa qu'après un coup de canon qui demasta le navire de Tromp de son mats; tout le monde croit que le Glorieux a eu le bonheur de le démaster. D'une chose je puis vous asseurer, que ledit coup acheva de sauver la Cambridge, car Tromp fut obligé d'ariver, et il vérifiace mot latin: In audaces nobis est audaeia justa. Les lions ne sont pas la proye des lions, mais des autres bestes moins fortes et moins courageuses. Qui ne scait que c'en est une féroce qu'une frégate de la force de la Cambridge commandée par le Sr. Erbert, qui avoit a son costé des Francois qui vénèrent jusqu'a 1'excès le point d'honneur. C'en est asseurement un de se défaire de sa chaloupe en ces occasions et avec le calme et la marée qui portoient sur les ennemis. Avec tout cela néantmoins ce que le chevalier de Valbelle a fait en faveur dudit Sr. Erbert, tous les capitaines de S. M. 1'eussent fait en faveur des vaisseaux anglois, si s'eust présentée 1'occasion.

Voila les derniers coups, et le dernier acte de la bataille- La nuit fit cesser le bruit du canon et nous sépara. La flotte ennemie mouilla deux heures après, et la nostre le lendemain a 4 heures du matin a 8 lieues de la pointe de 1'Ouestcapel et a trois lieues des ennemis qui nous demenroieut a 1'est-su-est; au reste nous avons combattu comme vous avez remarqué et avec 1'avant-garde, et avec 1'arrière-garde, quoique nous ne deussions combattre que contre M'. Ruther qui estoit au corps de battaille. J'attribue cela au détachement et a la requeste de nostre nation; je ne vous en diray pas d'avantage.

Sluiten