Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

aprendra que 1'almanach dont nous raillions a dit vray. Le 14 les ennemis appareillèrent et vinrent a nous en bon ordre; nous y aurions esté comme eux, si le Prince Robert se fust contenté de faire 1'arrière-garde et de laisser 1'avant-garde a M.r Spragg qui commande l'escadre bleue, puisque la situation du mouillage le vouloit ainsi, mais le Prince voulut prendre la teste, et pour y aller il forca de voiles et passa an travers de nostre escadre, qui ne fist pas peu d'esviter les abordages; grüces a Dieu personne ne s'aborda et les ennemis ne profitèrent pas de la confusion que ce mouvement apporta parmi nous; les bleus,les blancs et les rouges ont toujours esté meslés; nous avons combattu de la sorte et cbascun oü il se trouva sans regarder s'il estoit a sa place ou a sa division avec les Francois ou avec les Anglois.

Les ennemis ne nous ont approché qu'a la portée du canon; encore n'y venoient-ils pas toujours, quoiqu'ils [eussent le vent et qu'il fust frais. Ils avoient quantité de bruslots et ils n'ont pas ozé les envoyer sérieusement. Leur retenne me plaist et je croy qu'ils n'ont point eu d'antre dessein que de nous faire brusler nostre poudre, et de nous esloigner de leur coste, et certes ils y ont réussi, car nous sommes dans la Tamise pour prendre ce que nous avons consomé et pour réparer les domages que nous avons receus. Ils sont a vray dire grands, mais les ennemis n'en ont pas souffert de moindres.

M.r de Mattassière lieutenant est mort, et Marsilly enseigne aussy; le Prince que inonte Villeneuve a esté fort maltraitté, et luy est blessé légèrement de deux ou trois esclats. Le Grand a failli de couler bas et VAquilon n'a pas un mat qni puisse luy servir; le feu fut grand a 1'avant-garde et a 1'arrière-garde. M.r de Grancey estoit a la nostre avec sa division; il y chauffa bien deux heures durant. Le combat commenca a quatre heures et finit a dix de soir.

Le I5e au matin, nous revirasmes sur dix ou douze navires qui paressoient encore, mais nous ne les suivismes pas une heure, et après nous fismes route vers 1'Angleterre. II n'y avoit pas d'autre parti a prendre; dans trois semaines nous serons prests pour aller doner un autre combat, et si nous avons le vent sur eux nons les pousserons mieux qu'ils ne font, mais il nous faut des bruslots.

157. D'ESTRÉES AAN LODEWIJK XIV, 18 Juni 1673 i).

Quelque répugnance que M. le Prince Róbert m'eust fait paroistre de rentrer dans cette rivière le lendemain du dernier combat, iljugea que le party de demeurer a baye de Soulz estoit trop dangereux avec

1) A. N., Marine B4 5.

Sluiten