Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

schieten ter zee willen spreeken. dat sommighe sustineeren weder van een slaen, andere dat Sijn Hoocheit den Heer Prince op Schoonevelt op de vloet wass gekoomen.

160. HOEGH AAN GRIFFENFELD, 20 Juni 1673 »).

Je mettrois tont au commencement de cette mienne ce que je scaurois de plus particulier du dernier combat de la flotte, sij'eussela moindre chose a ajouter a ce que ma dernière trés humble pour S. M. •) en a rapporto sur ce sujet; mais il n'y en a quoy ce soit, et les lettres que^ M.r l'admiral de Ruyter en a depuis escrites a Mess.™ les Estats et a Mons.r le prince d'Orange, se rapportent tellement avec celle de Mons.' de Tromp, qu'on les diroit, quant au sens, d'une mesme plume. II y en a bien icy des personnes, qui nous veulent débiter quelque nouveau démeslé entre lesdits sieurs admiraux de Ruyter et Tromp, mais ce ne sont pas de celles oü on se fie, ains prenant leurs nouvelles aux carrefours se plaisent a troubler une joye universelle par des récits odieux et malins.

J'ay bien creu depuis dimanche au matin de pouvoir avec celle-cy annoncer une troisiesme bataille entre les mesmes flottes, puisqu'a món lever, il me fut annoncé qu'on avoit distinctement ouy, depuis les trois heures après-minuit, furieusement tirer des canons; mesmement quelques heures après, les pescheurs et habitans de Schevelingue me 1'asseurèrent avec beaucoup de circomstances et de certitude, outre que tous les avis d'alentour Ie confirment, mais jusques icy nous n'en avons rien pu scavoir du tout, si ce n'est que M.r van Beuninguen a son retour de Thole en Zeelande, Passeure plus que tout autre, se fiant sur ses propres oreilles, qui luy en ont servy de témoins, Cependant je scais, par ce que m'en a dit M.r de Lisola, qne Mons.1 le prince d'Orange et Mons.r le pensionaire Fagel sont fort dans 1'opinion que cela ne puisse pas estre. Dont ayant voulu esplucher les raisons qu'ils en pourroient avoir, j'ay trouvé qu'on aye donné un ordre exprès daté icy le lüme vers le soir, a Mr. de Buyter, d'aller d'abord chercher les ennemis, et de poursuivre contre eux Ia pointe de ses victoiresjusques dans les ports mesme de 1'Angleterre, s'ils ne paroissent ailleurs, de sorte que eet ordre ne pouvant estre dans la flotte que le mesme dimanche 18me dont on entendoit de si grand matin les coups tirez, il n'est pas a présumer que M.r l'admiral de Ruyter, n'osant se trop esloigner de ces costes, quand en poursuivant Pennemy jusques vers le Solsbaye, il le pouvoit faire avec avantage, aye voulu, avant que d'en avoir un nouvel ordre, qui ne luy pourroit pas de ce temps-la

1) R. K. — R. H.' — Uit den Haag.

2) Niet aangetroffen.

Sluiten