Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Mr. le Maréchal qui observoit le sang froid sur le pont de son vaisseau nonobstant les pertes dont il estoit environné, le désordre et la confusion des ennemis, et voulant en tirer tout 1'avantage qu'il se pouvoit, commanda promptement les quatre brulots qui restoient pour s'attacher a_un gros des navires eschouez, ce qu'ils exécutèrent avec courage et tant de bonheur qu'ils abordèrent chacun le leur, et quoyqu'aucun d'eux ayt esté débordé, les vaisseaux de guerre euflammez ayant jetté le feu sur d'autres, il se vist incontinent un embrasement de cinq ou six vaisseaux, tellement que dans toutte 1'action il se compte douze vaisseaux de guerre bruslés et quatre brulots des ennemis, et entre eux 1'amiral et le vice-admiral d'Espagne, le contre admiral d'Hollande et neuf autres Espaguols ou Hollandois, et d'aujourd'huy nöus avons sceu par des Turcs eschappés dei chiourmes des gallères d'Espagne que leur gallère Realk, la Patronne, deux gallères de Naples, et deux autres particuliers de Gênes avoient esté abimées et bruslées, et que le vaisseau qui a esté monté cy-devant par feu M. de Ruiter avoit esté bruslé aussy.

Un si grand succez dont il ne se voit presque aucun exemple dans 1'histoire n'ayant pett «stre emporté sur les ennemis sans que le chef de l'armée et tous les «aembres qui la composent y ayent notablement contribué de leur valeur *t expérience, il est vray de dire qu'après 1'honneur qui doit estre rendu a M. le duc de Vivonne pour la netteté avec laquelle il juge aeurement dans le milieu dés périls de tout ce qui se peut faire de plus a*antageux pour la gloire de S. M. et le bien de son service, on ne pent asstsudiguement parler de la valleur et du courage de tous les autres chevairets capitaines et officiers de l'armée, n'y ayant que le poste qui leur estoit distribué, et 1'occasion que le hazard leur a permis, qui ayent peu y faire remarquer quelque distinction. II a esté parle des capitaines du destachement des vaisseaux, de leurs actions et de leur valleur; a 1'égard des galères il est certain qu'hors le S.r Despanet qui ne s'est pas rendu sy évident que les six autres capitaines cpmmandés, ils se sont jettés au milieu des vaisseaux des ennemis sans considérer autre chose que le secours qu'ils pouvoient donner a nos vaisseaux et le dommage qu'ils pouvoient faire aux ennemis; d'autres capitaines et particulièrement le commandant de la Breteche qui n'estoit point du detachement ont fait la mesme chose, et pour ce qui est des autres chefs et capitaines des vaisseaux M. le Maréchal a rendu des actions publicques de la satisfaction qu'il avoit du chevalier de Tourville pour 1'avoir secouru a propos de ses avis pour tous les mouvemeus de l'armée, et avoir commandé les manoeuvres de son vaisseau avec tant de justesse qu'il n'a rien laissé a désirer. Le S.r Gabaret chef d'escadre y a fait son devoir avec sa valeur et capacité ordinaire, les S.™ de la Barre, chevalier de Bethune, Septèmes et Moiitreuil se sont approcbés des ennemis

Sluiten