Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

PREFACE

I’AIMABLE intention de Monsieur Alexandre A.M. Stols de contribuer a 1’éclat des fêtes du centenaire de 1’autonomie luxembourgeoise par -/ 1’édition d’un ouvrage sur la généalogie de la Dynastie de Nassau, m’a fait le plus vif plaisir.

II est vraiment réconfortant de constater qu’au Limbourg on se souvient des liens qui unissaient le gai et accueillant Duché au Luxembourg. Avant le révolution frangaise le Limbourg et le Luxembourg étaient, pourainsi dire, voisins. Non seulement les actuels cantons beiges "rédimés” appartenaient en grande partie au Duché de Luxembourg, mais encore la plus grande partie de 1’Eifel, actuellement allemande, jusqu’au dela de Schleiden. La Roer, tout comme 1’Amblève, traversaient les confins de notre pays. L’histoire des families seigneuriales nous apprend que les liens de familie entre les maisons luxembourgeoises et limbourgeoises étaient fréquents. Ainsi le chateau de Bettembourg, ma propriété, appartenait autrefois aux barons de Zievel, seigneurs de Meerssenhoven et d’Itteren dans le Limbourg, et plus tard aux comtes de Hoensbroeck qui habitaient le magnifique chateau de Geulle prés de Maestricht.

Pendant la révolution beige le sort de la forteresse de Maestricht ressemblait k s’y méprendre a celui de la forteresse de Luxembourg. Les deux villes étaient occupées par des éléments fidèles au Roi-Grand-Duc, tandis que les territoires qui les entouraient étaient aux mains des beiges. II serait naturellement erroné de croire que citadins et campagnards se soient fait la guerre pendant neuf ans; bientót un modus vivendi s’était créé et les choses se passaient avec une douce bonhomie, que les accès de mauvaise humeur de quelque fonctionnaire interrompaient parfois. Pour pouvoir, lors de la révolution beige, donner satisfaction a la vo-

Sluiten