Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Une fille de Lithuanie cueillit une rose, du sépulcre de son amant, qu'elle donna a sa mère qui lui dit:

«Das ist ja die Rose nicht,

Ist des Jünglings Seele."

Beaucoup de légendes parient d'arbres qui poussent du sang de ceux qui sont mis a mort innocemment"

A Camern en Magdebourg poussèrent sept chênes, miraculeusement unis. Occupé a couper un des troncs, la souche exsuda des larmes sanglantes jusqu'a 1'apparition du nouveau tronc.

A Uerdingen sur Rhin, au moment oü une fille, condamnée pour cause d'infanticide, subit la peine de mort cette fille invoqua une ordalie: au dessus de la muraille, prés de la Porte centrale, un arbuste, dont les feuilles ressemblèrent a celles du Peuplier Tremble et sur lesquelles le peuple vit des gouttes de sang, poussa et y resta jusqu' en 1877 lorsque porte et muraille furent rasés.

On prétend que le beau Chêne, du bois de Luchow, contrée de Lunebourg, ayant une hauteur de 70 pieds; a poussé dans la bouche d'un roi tombé au champ de bataille.

On ne voit pas de rosée et pas d'herbes a 1'endroit oü un homicide a été commis. Les oiseaux n'y chantent pas. Dans un bois entre Alt-Strelitz et Neu-Brandenbourg oü un tel crime fut commis, poussa a 1'endroit même du forfait; au premier son de cloche de midi, une plante carduarcée. La tige avait deux bras qui bourgeonnèrent en tête d'homme, tout couvert d'épines. Au dernier son de cloche la plante eut disparu.

Le baton, avec lequel un Curé la battit se carbonisa et son bras se paralysa.

Trois demoiselles, de mceurs légéres, habitaient dans un Chateau-forestier prés de Nürnberg, qui frappé de la foudre se réduit en cendres

Sluiten