Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Dès qu'elle commenga a manger, le serpent-domestique apparut d'une crévasse a la muraille et mangea avec elle. S'il se fut retardé la fille cria:

Unke, Unke, komm geschwind,

Komm herbei, du kleines Ding,

Solist dein Bröckchen haben,

An der Milch dich laben.

Le serpent ne but que le lait et laissa le pain intact. Une fois la fille prit la cuiller, frappa tout doucement la tête du serpent, en disant: „Ding eet ook Brokken." La mère qui se trouva a la cuisine, entendit 1'enfant parler a quelqu'un et, voyant sa fille frapper un serpent, elle prit un morceau de bois et le tua.

La fille, jusqu' ici grande et robuste commenca a languir. Le hibou, oiseau funèbre, (strix tioctua) fit entendre ses cris plaintifs: „Koem mit" et frappa a la fenêtre en volant autour de la maison. Peu de jours après la fille mourut.

Au bois de Béraun, en Bohème, un jeune aveugle, connu partout, soigna une vieille femme, qui tomba subitement malade et ne lui put fournir la nourriture journalière. Accablé de faim, il chanta d'une manière tellement, touchante, que les serpents du bois se réunirent, les corps dressés, pour 1'écouter.

Au bout de ses forces il ne put plus chanter et s'écria d'un ton plaintif: „O, que quelqu'un me fasse miséricorde et me donnasse a manger." Les serpents s'éloignèrent pour retourner bientót avec un cuissot de chevreuil, qu'ils mirent, par la fenêtre, sur la table de 1'aveugle. (Grohmann pag 217). A Lübbenau, dans les branches du Spree, vivent beaucoup de serpents aquatiques. Chaque maison a son couple, qui ne se montre pourtant pas avant la mort du père ou mère de familie.

Un vieillard vit, le lendemain après la mort de sa mère,

3

Sluiten