Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMU SANTÉ S* ^

Elle le confulte bien encore quelquefois ; elle prend de lui des éclairciffemens, des lecons même, fï Ton veut, mais c'eft en régentant fon maitre. D'Ambreville a beau s'obferver avec elle ; par un refte d'habitude , il voudroit prendre quelquefois un air aifé qui ne la choqueroit pas, mais qu'elle fait toujours avorter fans le vouloir. II ouvre la bouche pour donner un ordre; il en a dé/a recu un d'Antoinette. Quelquefois elle rappelle le pafTé : D'Ambreville , lui ditelle , vous étiez autrefois un grand aóteur tragique Sc comique. Je me rappelle que vous me faiflez répéter la cdmédie & la tragédie. Vous en fouvenez - vous ? J'étois bien jeune alors ! J'étois bien jeune alors ! Sc au moment ou elle fait cette réflexion , Antoinette a quatorze ans !

Mais d'Ambreville étoit fait pour éprouver tous les contraftes. J'ai dit

Sluiten