Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4$ Les S o i r è e s oublia ce qu'elle étoit autrefois. II croyoit que fes yeux feuls & fon efprit s'y étoient accoutumés *, mais le cceur, a fon infu, s'étoit mis auflï de la partie , foit qu'il n'eüt pu réfifter a la beauté Sc aux graces d'Antoinette,foit qu'il fut piqué par la fingularité de fa fituation. Cette jolie enfant qui venoit jouer autrefois fur fes genoux , 1'appelle aujourd'hui a fes pieds; il y vient , Sc trouve töut cela naturel.

D'Origné s'appercut le premier de ce qui fe patfoit dans le coeur de fon ami. Comme il avoit de 1'efprit, il lui en fit de douces plaifanteries. D'Ambreville, lui dit-il un jour en fouriant: Tume parois oublier unpeu ladignité du röle que tu jouois autrefois auprès d'Antoinette. Oh! ce röle-la , répond d'Ambreville, feroit ridicule aujourd'hui. — Quand tu as envie de t'en aller , elle te dit de refter, & tu reftes. — II eft vrai; c'eft que lorfqu'elle

me

Sluiten