Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

yi Les Soirees

montra par-tout les lettres que le comte avoit eu la foiblefïe de lui confier. Les gens malins prétendirent y voir la défaite de leur auteur; les gens honnêtes fe doutercnt de la vérité, Sc nen eftimerent pas moins Rofa ; mais ils détefteixnt l'action de la Marquife; fon amant même en fut choqué. II navoit point d'amour pour cette femme, chaque jour lui dévoiloit fon caraótere déteftable: il plaignoit Rofa, il fe repentoit d'être la caufe de 1'affront qu'elle avoit recu ; quelquefois il vouloit bannir fes charmes de fon idee ; & malgré fes erTorts, ils y revenoient toujours. Telle étoit la fïtuation de fon creur , quand un événement , auquel il ne s'attendoit pas , acheva de lui ouvrir les yeux. Mais lauTons-le pour quelques inftans Sc re venons a fa viétime.

O le plus perfide des hommes! s'éfitioit cette belle infortunée. Voila

donc

Sluiten