Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i4< Les S o i r é e,s

Allons, mon bon ami, reprit Frémival en faifant femblant d'eftiiyer les fiennes, faites - leur un petit troufteau pour le moment > Sc je pourvoirai a tout; mais hatez- vous, paree que je pars pour la campagne. Je veux qu'elles vous vifitent fouvent, que vous veniez les voir vous-même, Dans peu de jours je vous donnerai de leurs nouvelles.

II faut convenir qu'on ne pouvoit guere foupQonner Frémival de mauvaife foi. Son ton , fes manieres , le titre qu'il ufurpoit, ne permettoient $ueun doute fur fes fentimens ; aufft n entra-t-il dans le coeur des enfans Sc du pere que le chagrin de fe quitter. On oublia même, ou plutot on ne crut pas avoir befoin de demander a Frc,mival ou il alloit. II eft pourtant a préfumer qu'il avoit préparé une réponfe a cette queftion, fi Jéróme avoit. fongé a la faire, Les deux fceurs ayanü

Sluiten