Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

* M V S A JV T E S. xxr

üoiffbit Dorval, & favoit ce qu'elle en devoit attendre; auffi ne vouloitelle pas le voir. Elk pkatok fofl malheur en fe couvrant le vifage de fes mains, lorfqueDorval, après avoir tout arrangé pour fon départ, entra chez elle.... Quel momem, ^ fc «gure ces deux amans , s'aimant plus que,amais, muets, fe tenant embraftés comme dans un inftant qui concen«rost toute 1'éternité de leur amour

1JS neo 'e Pa*-loient q„e par leurs f0„. Pu-s & par km Jarmes) e ^

«ere entra fubitement, tenant en mai„ une affiche & Une lettre du feul de fo amis de \Vefel qui jflj, fa retrake « les malheurs.

Avez-vous jamais vu Cur le rivale "ne mere dans les bras de laquelL on rernet fon enfant qu'elle croyoit enlevehfous Iesflots?Tellerepréfentezvous la mere de Louife. Dorval, lif?2 secrie-t-elle, Lfez. _ C'eft J'avis è la

K v

Sluiten