Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

a4S LES SOIREES

de fixoit la conftance ; il crut devoir a la familie qui 1'avoit adopté, la tendrefte Sc les foins d'un pere •, mais toujours femblable a lui-même, il ne vit dans fa nouvelle pofition que des devoirs nouveaux, Sc non un titre de plus.

II eft vrai qu'il ne travailloit point pour desingrats. Lestrois fceurs étoient juftes &:fenfiblesSc elles béniftoient de plus en plus le jour ou il étoit entré dans leur famille.Toutes les trois étoient jolies, mais avec des traits Sc des caracteres öppofés. Lacadette étoit vive, étourdie même; mais fes fautes étoient aulfi - tót réparées que commifes; Sc un repentir acfcif Sc prompt expioit fon étourderie.

L'aïnée , plus fenfée , plus raifonnable , avoit une gravité dans le m'aintien, qui donnoit a fon premier abord une apparence de froideur , 8c même de fterté j mais fa froideur

Sluiten