Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. lp

Le Chevalier ne fe contentoit pas de faire valoir Milcour, plulïeurs fois il 1'exaltoit a fes propres dépens. Un jour on propofa une partie dc campagne. II y avoit beaucoup de monde, & Milcour n'en devoit pas être. La veille, fa femme eut un entretien avec le Chevalier. La converfation fut des plus tendres de la part de Madame de Milcour; & le Chevalier ne parut jamais plus amoureux. Mais au milieu de leur entretien , en pariant de la partie de campagne , il exigea d'elle qu'elle priat fon mari d'en être. Je le veux , ajouta-t-il avec un tendre fourire. Ce n'elt pas lui qui rompra notre tête-a-tête, puifque nous fommes beaucoup de monde fans lui-, & cette honnêteté lui fera plaifr ainii qu'a moi, car j'aime beaucoup fa converfation. L'invitation fut faite, Ia partie eut lieu , mais il fit fort mauvais temps, ilfallut jouer, 5c par un hafard

Sluiten