Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

iio Les S o i n è e s auquel il s'étoit porté, Sigifrid fe troubla,rougit, frémit, foupira, fe jeta aux pieds d'Armonde', mais toujours commandé par une paflion effrcnce,, il jura, même a fes genoux , qu'il pourfuivroit le deiTein coupable , funelte y irrefiftible , qu'il avoit formé de s'auu-' rer fa poifeflion a quelque prix que ce put être. Que me rsprochez-vous, Madame,- lui difoit-il ? Les exces, les crimes que vous m'avez fait commettre, ma félonie envers mon frere , mes parjures envers mon ami ? Ah ! plus je me fuis rendu coupable, & moins je puis me réfoudre a perdre le fruit de tels forfaits. Que dis-je , Madame ? il ne tient qua vous de les iégitimer ou de les sbfoudre. Partagez ma faute, tranfportez-moi votre arfecKon $c le don de votre main. Mon frere, quelque irrité qu'il puiife être quand il fera ünftrnit de mon attentat, n'ofera mur-r murer de votre fecond choix refpec*

Sluiten