Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AMUSANTE S. 155 Cependant Drilly, pretje tous les jours plus vivement par fon pere, vint déclarer a Georgette que, pour échapper a la perfécution, il étoit pret a quitter la maifon paternelle. Elle frémit de ce projet; & voyant que Drilly étoit capable de 1'exécuter, elle réfolut furie champ de 1'enempêcher, a quelque prix que ce fut. Hé bien , lui ditelle avec une joie feinte, il me vient une idéé qui pourra concilier peut-être notre amour & notre devoir ; refpectez mon fecret, & attendez le fuccès de mes démarches.

Aufli-tót elle alla trouver M. de Mazincour. Oen eft fait, difoit-elle; il faut faire cefter le mal en fupprimant la caufe. Que la difcorde forte avec moi de cette maifon. Que Drilly ceffe de me voir, il m'oubliera; je mourraü... II m oubliera i Quelle mort affreufe ! A ces mots, elle entra chez M. de Mazincour, qui ne manqua pas de lui parler

Sluiten