Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

231 Les Soirees

tre a une nouvelle épreuve mais la tendrefle toujours ingénieufe de d'Eperny prévoyoit tout, paroit a tout. II oppofoit aux tentatives de Blimont toutes les rufes innocentes que fon cceur pouvoit lui fuggérer. Maurice heureufement pouvoit rivalifer avec lui en talens 8c en vertus; d'ailleurs, ce qu'il ne pouvoit pas faire, d'Eperny le faifoit pour lui. A la fin tous les, deux parvinrent a fe faire aimer de Blimont •, d'Eperny craignit moins que fon frere ne fut renvoyé; mais il craignoit toujours que fi fon pere venoit a le reconnoitre , il ne lui marquat ' plus d'amitié, 8c que cette préférence ne rendit malheureux Maurice : aufil fon amitié ne s'endormbit jamais; 8c fon ingénieufe délicatefle n'oublioit rien pour empêcher d'entr'ouvrir le voile qui le déroboit a 1'oeil paternel., Il elf vrat que 1'heureux naturel de Maurice le fecondoit bien il fit tant

Sluiten