Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

AM V SANTÉ S. 247

mais fes yeux s'exprimoient ü éloquemment! Ses regards , fes geiles, fes foupirs alloient trouver Agathide j les bailers même auroient volé, li tant de hardiefle pouvoit accompagner tant d'amour dans fa naiflance.

Mais par une méfiance bien naturelle a 1'amour, Agathide aflurée de la tendrefle d'Azémon, craignoit de ne lui avoir pas fait aflez eonnoïtre la fienne. L'amour contraint eft plus fécond en flratagêmes ; il mefure toujours les moyens aux diflicultés j il fait, quand il le faut , infpirer la rufe, même a 1'innocence. Agathide apprit un jour que c'étoit la fête de fon amant: toute efclave qu'elle étoit, elle réfolut de lui envoyer un bouquet. Comme le Comte n'avoit aucun foupexm fur fes amours, il n'avoit pas encore donné des ordres bien rigoureux a fes gensy il fe repofoit fur lui-même du foin de garder Agathide. Elle gagna quelque

L iv

Sluiten