Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les S o i R È e s

Ces foins, que leur mere parta* geoit avec eux, font intéretfans , ils étonneront quand on faura que depuis un certain temps, le pere étoit, fur un point, oppofé aux défirs de fa familie. Son fils étoit amoureux, fa mere confentoit a fon mariagey mais le pere s'y op po foit pour des raifons de fortune. Plu (leurs fois on avoit taché de vaincre fes refus ; il avoit toujours paru inébranlable. Le jeune d'Orméjon aimoit ardemment Cécile mais il étoit fils tendre Sc refpe&ueux : malheureux dans fes amours, il auroit cru ajouter a fes propres chagrins en aiHi ?:ant le cxur de fon pere , Sc il oublioit fa rigueur pour fe livrer a I'efpoir de le fféchir un jour. Ce fentiment prouvoit fon tendre refpect Sc non la foib!e!Te de fon amour. Son cceur en étoit dcchiré ; mais fa mere ëonfoloit fes chagrins en ne luifaifant envifager ce refus que comme un

Sluiten