Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

64 Les Amours

tendre aux oifeaulx 8c avecque des lacq* courantz Sc collctz prenoyent des oyes fauvages , des hakbrantz S>c oftardes : d.e forre que oukre le plaifir qu'ilz en avoyent, ilz fourniiToyent encore leur rablè; Sc s'il leur falloit quelque cliofc davanr?ge , ik le prenoyent au plus prochain vilkge, en payanr beaucoup plus que ks chofes at valloyent. II ne kur Falloit que le pain, le vin 8c' lé legis feullement •, cnr ilz ue trouvoyent pas qu'il fufi trop feur de coucher la nui<3: en mer dedans leur battcau, eftant la faifon. de 1'automne-, 8c a eet» caufe tiroyenr lanui& leur batceau en rerre. craignanrz qu'il ne fe kvaft quelque tourmente pendant qu'ilz dormiroyent. Mais quelque payfan de la enrour ayant arfaits d'une corde dont on tourne la meuk qui pre {Til re le mare des raifins après qu'ila our efté foullez en la cuve, pource que la fiennc eftoir ufée 8c rompue , s'en vim: fecrerremenr vers le bord de la mer , & «reuvant le barreau fans garde, deflia la «orde avecque laquelle on 1'artachoit 1

Sluiten