Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ij e. fAPHSlj et Ch l o é, sx,

bois, regardantoü eftoyent ceux qui leur «rpondovent : & qnaad & ^

Ld ff"' V°yant ^ X avoit un ft grand filence en la mer, elle demanda * I phms fi derrière Pefcueil il y avoit une aultre mer fe une aultre barque , & d'aubtres mariniers qui voguaftènt.

Daphnis fe prit doulcement i foufrire , & Ia baifa encore Plus doulcement , puis uymettant le chappeau de violettes sur ia tefte commenca i luy conter k fable dEcho, luy demandam , pour loyer de luy faire ce beau conté , d.ix aultres baifer*. Si luy dit: M'amye , il y a plufieurs Cortes de Nymphes , toutes belles & L, Tantes en Part de chanter; les unes Nymphes des prez, les aultres des eaux , l„ aultres; des bois; & de Pune de celles-la fut jadis fille Echo , mortelle, pource qu'eile avoit efté engendrée d'un pere mortel, & belle, comme fille d'une merc belle elle fut nourrye par les Nymphes , & apprinfe par les Mufes , qui luy monf! ««rent a jouer de la flufte , de la lyrc,

Sluiten