Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 4° )

mon camarade un regard d'examen & de proteclion. Je tdcherai de danfer une contredanfe avec votre ami } m'a dit Mile. de la Prife , d'un air qui m'a enchanté. Et puis voila que 1'on s'arrange pour la contredanfe , & que le Comte Max n'e'toit pas encore arrivé. Elle m'a préfenté fa main avec une grace charmante, & nous avons pris notre place. Nous étions arrivés au haut de la contredanfe , & nows allions commencer , quand Mlle. de la Prife s'eft écriée : ha , voila le Comte ! c'étoit lui en effet, & il s'eft approché de nous d'un air chagrin & mortiné. Je fuis allé a lui. Je lui ai dit: M. le Comte ! Mlle. ne m'a prie' de danfer avec elle qua votre de'faut'., EUc trouvera bon > j'en fuis fiïr , que je vous rende votre place ; & peutêtre aura-t-elle la bonte' de me dé~ dommager. — Non Monfieur ? a dit le Comte , vous êtes trop honnête , & cela n'efi pas jufle : je fuis impavdonnable de m^étre fait attendre. Je fuis bien puni ; mais je ï ai merité. Mlle. de ia Prife a paru égalerceat

Sluiten