Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( ■ 6t )

m'aime beaucoup & que j'aime beaucoup, je ne faurois être malheureufe. Ma mere a beau gronder depuis ce jour-la , cela ne trouble pas ma joie. Mes amies ne me parohTent plus mauffades : vois-tu , je dis , mes amies , mais c'eft par pure furabondance de bienveillance; car je n'ai d'amie que toi. Je te pre'fere a M. Meyer lui— même , & fi tu e'tois ici & qu'il te plut, je te le céderois. Ne va pas eroire que nous nous foyons encore parle'; je ne 1'ai pas même revu depuis le concert. Mais j'efpere qu'il viendra a la première affemblée : nos Dames , fans que je les en prie , me feront bien la galanterie de 1'y inviter. Alors nous nous parierons furement, duffai-je lui parler la première. Je me trouverai prés de la porte , quand il entrera. Alors auffi fe décidera la queftion : favoir , fi M. Meyer fera 1'ame de la vie entiere de ton amie, ou n je n'aurai fait qu'un petit rêve agréable , qui m'aura amufée pendant un mois : ce fera 1'un ou 1'autre , & quelques momens déciderent,lequel des

Sluiten