Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

\6 H r S f o i R ft

dit naturellement fon fentiment; mais perfontie n'ofoit le dire. Les uns ne vouloient pas confeiller de fe confonner a ce que fouhaitoit Titi, de peur de fe rendre fufpefts a Tripalle, & de fe faire regarder pour gens peu attachés a fon parti; ce qui pouvoit leur être nuilible, ü même cette princeife revenoit jamais a la cour de Titi: on la connciffbit impérieufe Sc vindicative. Les autres n'ofoient confeiiler de ne pas fe rendre a ce que fouhaitoit Titi, paree qu'ils craignoient les événemens, feutant bien que le parri du jeune prince n'étoit pas en état de réfüler, & ne voulant pas qu'on put les accufer dans Ia fuite d'avoir donné des confeils pernicieux qui les perdroienr euxmêmes fans reffource. La reine prelfoit vainement de parler. Chacun lui répondoit que 1'affaire étoit d'une fi grande conféquence , qu'il y falloit beaucoup de réflexion : mais tous lui direnc que lui étant parfaitement dévoués , c'étoit a elle a décider , & qu'ils la fuivroient, quelle que fut fa réfolution. Alors Tripalle prenant la parole , leur fit le difcours fuivant.

« Perfuadée de votre zèle , je ne puis me „ plaindre de votre filence. Je fens que dans une „ circonftance fi délicate , il eft plus prudent de „ fe taire , que de parler fans avoir a(Tez réflé„ chi fur une réfolution dont 1'alternative ne M nous ofFre que les rifques d'une guerre civile ,

ou

Sluiten