Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

£0 H I S T O I R E

rantïc de Vexécution des promeffes de Tui , il confenüroü que les tréfors laiffés par le feu roi demeuraffent en dépSt entre les mains de la reine mere, auquel ca, on confentoït de lui renvoyer Pepte , le fceptre , U couronne, & autres ornemens royaux.

Tripalle figna ces propofitions , qui futent attui Wes par rous ceux de fon confeil, excepte pat U premier miniftre & deux fecrétaires detat, ou'on crut qui ne devoient pas les figner , fous prétexte que Triptillon n'étoit pas péfenf, mais en effet, pour donnet d'autant moins d autorite a eer acte , ü jamais il prenoit envie a ce prince de «y avoir aucun égard ,& de vouloir mainrenir fa proclamation. Rafinement mutde , pui que ces propofitions étoient plutot une nouvelle infulte , qu'un moyen d'accommodement.

La reine mère écrivit a l'heure même, cette reponfe, alalettre de Titi.

Je fuis bien aife, monfieur mon fils, de voir les Muofuions oü vous êtes a mon égard. Je nepuis me réfoudre a retourner dans des lieux ou toutmerenouvüeroit la douleur d'une perte irréparable vous aVer unfmcère defir de pacifier toutes chofes JouJcrL aux propofitions ci~jointes. II ne tiendra pa, *Ji, monfieur mon fils, que vous ne me trou, nez U miUturc mere du monde.

liio\tMT6im mm>

Sluiten