Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Si Histoiri

d'ailleurs elle n'avoit point du tout 1'air embar-* rafle. La fupériorité d'efprit fupplée a ce que d'autres n'acquièrent que par 1'ufage.

Comme il faifoit extrêmement chaud, & que la chambte oü on étoit, quoiqu'alTez fraiche, fe trouvoit petite pour tant de monde: Forteferre propofa d'aller dans le jardin fe mettre a 1'ombre de quelques arbres s'il y en avoit oü 1'on put fe garantir du foleil. On paffa fous un long berceau de treillage de vigne, oü Pépailleur des feuilles confervoit un frais agréable. On y fit apporrer des chaifes pour les deux rois Sc pour les princefFes, Sc une auffi pour Bibi que Forteferre voulut avoir a cóté de lui. Tous les yeux étoient toutnés fut elle, pleins d'admiration pour fa beauté. On étoit charmé des graces qui paroilToient dans fes moindres mouvemens. Eft-il poflible, fe difoient tout bas les feigneurs qui étoient la préfens, qu'il y eut dans ce royaume une fi grande merveille Sc qu'elle füt ignorée ! II n'y en avoit point, qui dans le fond de fon cceur ne fouhaitat de 1'avoir connue avant qu'elle eut été aimée de leur prince. Forteferre même qui , depuis long-tems, ne vouloit de 1'amour que les plaifirs qui en doivent être la preuve ou la récompenfe; mais dont le cceur inacceflible aux fentimens de la tendrefFe ne 1'avoit connue une fois dans fa vie que pour s'en exempter toujours, ne put s'em-

Sluiten