Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'f°8 H I S T O I R E

ami, appelle un de mes zéphirs que j'ai laiffés a Ia porre , öi dis lui que je demande la petire corbeille que je leur ai donné en garde. L'Eveilié obéir. Les deux princeffes étoient charmées dans 1'attente o.ue cette corbeille feroit voir quelques merveilles nouvelles. Toute la compagnie s'y attendoit aufli, & s'en réjouiffoit d'avance. Il n'y avoir que Titi & Bibi qui n'y penfoient pas, paree qu'ils ne pouvoient rien voir de plus beau que 1'amour qui fe peignoir dans leurs yeux. Cela eft fi vrai, que lorfque la corbeille fut apporrée , & que la fée la découvrit , rous les yeux furent attentifs a voir les merveilles qu'elle renfermoit, excepté les yeux de Bibi & de Titi, qui profiroient de Pattention des autres pour goüter le plaifir de fe regarder plus long-tems. Us fe difoient ainfi mille chofes, & faifoient couler mutuellement dans leurs cceurs la joie «5c la rendreffe infinie qui s'y déployoir.

Ce que la fée avoit appelé fon verre , étoit un grand gobelet un peu plus évafé par Ie haut que par le fond. II éroit d'un feul diamant , orné jufques a la moirié d'un bas reliëf oü éroienr repréfentées des graces verfant a boire a des amours. Le travail en étoit fi parfait', que fi on ne peut pas dire qu'il furpaffoir la maticre , paree qu'elle éroit fans prix, on peur du moins affurer qu'il 1 egaloit. On lifoit autour ces paroles : Gardc^-

Sluiten