Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

du Prince Titi." tSj guets. Mais quand il vint a calculer la fomme que plus de neuf eens arpens feroienr a ce prix , il la rrouva fi confidérable qu'il réfolut de fe priver du plaifir de faire autour de la petire maifon, les embelliflemens qu'il avoir projerés , Sc don: il s'étoit fair un trés grand plaifir d'avance.

II aimoit cette maifon qu'il regardoit comme le féjour de fon bonheur , oü il 1'avoit trouvé, oü il avoit commencé a. goüter les plus durx momens de la vie. C'étoit le berceau de Bibi, c'eft tout dire. Que ce lieu devoit lui être cher , tk qu'il le lui étoit en effer ! Cependanr il réfolur de facrifiet le plaifir qu'il s'étoit fait d'y venir fuir les grandeurs de la cour , d'y venir avec fa chère Bibi & quelques amis , jouir un mois chaque année de la tranquillité d'une vie privée, après avoir rempli les pénibles devoirs de Ia royauté. Mais tout roi qu'il étoit , il crue qu'il ne devoit pas faire payer a. fes peuples la fataffaótion qu'il auroit a. rake exécuter le plan de? jardins & du pare que Bibi avoit tracé, quoiqu'il crüt ne deyoir fe promener nulle part fi ce plan rje s'exécutoit pas. Maitre d'un grand royaume , il trouva ainfi qu'un roi peut êrre dans 1'indigence, & qu'il ne doit pas s'en tirer lorfqu'elle ne regarde que fes plaifirs. C'eft pourquoi réfolu de rendre nuls tous les contrats de vente qu'Abor venoit de pafler, il lui dit de dire a ceux avec

Sluiten