Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

jpïJ H I S T O I R E

qu'il en eft ainfi, j'y ferai batir des hotelleries , Sc a préfent je ne donnerois pas ces fix arpens pour moins de quarante mille ginguets, voila ce que vous y ferez gagner au roi. Ne vous fachez point, dit Abor; je fais que je ne fuis que ce que le roi m'a fait, ce n'eft point moi qui 1'empêche d'acheter vos terres. Sa majefté n'en veut point, ne dites rien , & venez diner avec les autres. Je vous remercie de votre diner, répondit le manant, j'ai encote de quoi aller diner fans vous. Allez donc oü il vous plaira, lui dit Abor en le quittant. Cet impettinent grumela quelque chofe entre fes dents &c fottit; comme il traverfoit la cour d'un air infolent, en faifant un figne de tête a fes camarades fans leur rien dire , ils 1'appelèrent pour venir diner avec eux ; mais il fe contenta de fecouer la tête Sc de s'en aller. Qu'a-t-il donc, fe demandèrent-ils entre eux? Je gage qu'il n'aura pas voulu figner la requête fans avoir demandé des condirions qu'on lui aura r'efufées , dit quelqu'un d'eux. Sachons ce qu'il en eft , dit un autre , courons après lui. En même tems, quatre des plus alertes coururent, & le joignirent a quelques pas de la. Qu'avez-vous donc, compère , lui dirent-ils, que vous ne voulez pas venir diner avec nous ? Eft-ce que vous n'avez pas figné la requête ? Non vtaiment, je ne 1'ai pas fignée, répondit-il. Me croyez-vuus fi fot

Sluiten