Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

lIO H I S T Ö t R E

trouvoitqui étoient encore plus délicats que les ceufs de vaneau. Le fecond fervice fut aufli d'ceuts difFéfemmenc apprêtés. Le troifième & le quatnèrne furent de légumes; le cinquième & le fixième, auxquels on fubftitua a la vaiflelle d'or, des plats & des afliettes de porcelaine, ne furent que de diverfes fortes de patilferies aux légumesou aux fruirs; car on ne fervit aucune viande ï ce repas. Le feptième & le huitième furent de diverfes efpèces de crème ou de laitage. Le neuvième & le dixième furent un doublé fervice de compottes. L'onzième & le douzième furent aufli un doublé fervice de fruits ,cu la fée aflüra qu'il s'en trouvoit de toutes les faifons Sc de toutes les parties du monde,cequi n'eftpas moins furprenant, c'eft que les plats, affiettes, fourchetres, couteaux & cuilliers de ces deux fervices étoient de diamans, Sc que les corbeilles oü étoient les pyramides de fruits mëlés des plus belles fleurs, n'étoient que de pierreries fines de diverfes couleurs, mifes en ceuvre avec un art admirable. Outre la finguïarité des mets,il y eut des chofes bien extraordinaires dans ce repas. La première fut qu'a chaque fervice quatre zéphirs prenant chacun un com de la nape, enlevoient ala fois&tous les plats & toutes les affiettes ,les feauxmème & les verres, fans net* renverfer,& que quatre autres apportoient aufhtütd'enhaut une nape également tendue, fur la-

Sluiten