Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

D'u Prince Titi. *4S Homme que le hafard y auroit conduit avec nous. ils furent au cabaret; attachèrent leurs chevaux devant la porte, & entrètent; c'étoit une chambre plus longue que large , formée par quatre murailles, ornées de quelques cloux ou chevilles , d'ou pendoient des pots de terre & deux mefures d'étain pour mefurer le vin. Une longue table , a chaque coté de laquelle étoient rangés deux bancs, occupoit le milieu de cette chambre. Trois ou quatre planches pofées fur des barons enfoncés dans le mur, & chargées de quelques affiettes de bois & de terre, dans 1'une defquelles écoit dn rromage , & a coté , un gros pain nok t r fur la même ligne. Le refte des meubles confiftott en un vieux bahu qui étoit 1*011 ht, dont les rideaux rouges vieux 8e ufts, tN poovoient aflez bien joindre pour és 7oiï que c'étoit moins un lit qu'un : M m . vous pas une autre chambre, dit Ie roi ï Oui monliciir, répondit 1'höteffe ; mais elle n'eft pas fi belle que celle-ci. Elle 1'ouvrit pourtant , & la curiofité y fit entrer le roi. Ils y nouvèrent une rable avec deux bancs , placée le long de la muraiile , & deux couchettes fans rideaux , garnies de paille de froment, fur qfloi étoit une paillaflê de paille d'avoine , ayant pour couverture de la vieille toile, qui avoit auparavant fervi a faire des facs. La fenêtte n'étoit qu'un trou

Q i'j

Sluiten