Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

;o6 H I S_ X O, I R E

Alburgttfiad, au premier coup de canon qu'on tira de la ville, les chevaux de fa chaife furenr fi effrayés , qu'ils tournèrent tour court, & s'emportèrent avec tant de violence , que la chaife fut renverfée & brifée , & que fans les deux chaifes du prince de Felicie & du duc d'Eerharc qui fuivoient, & qui fe mirent en travers avec beaucoup d'adreffe , le roi auroit indubitablement perdu la vie. Mais il eut une cuilfe & le genou fi violemment froiffés & foulés , qua la douleur qu'il reffentit il crut les avoir rompus. Ce ne fut pas fans qu'il fouffrit des douleurs extrêmes qu'il fut rranfporté de la che^z le gouverneur de la ville. On le mit d'abord au lit, pendant qu'on envoya chercher les médecins & les chirurgiens, pour confulter avec un chirurgien de fa fuite. La cuifte & le genou étoient tout meurtris , 5c confidérablement enflés , mais il n'y avoit rien de rompu ni de démis; & les médecins & chirurgiens dirent que dans quinze jours ou trois femaines , au plus'tard , fa majefté feroit en état d'agir. A ces mots, Forteferre fit un foupir de fureur , Sc dit qu'il vouloit partir le lendemain. Mais les médecins & les chirurgiens 1'affurèrent fi fort, qu'il ne le pouvoit fans s'expofer a fe mettre hors d'état d'agir pour toute fa vie , que convaincu par leurs raifonnemens , & plus encore par la douleur qu'il fouffroit, il fe tran-

Sluiten