Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

JZS HlSTO.I3.ft

caufer avant 1'eflai. Madame lagouvername entra donc avec cette efpérance qui la portoit a monteer plns de réfolution que de craintej mais des qu'on lui eut chaulfé le fabot, elle fentit au premier p^s qu'elle boitoit li fort, qu'elle courut en clopinant toute effrayée & toute honteufe jufques a la.porte du jardin, oü elle fe jeta avec tant de précipitation de fon pied, qu'elle ne fe donna pas Ie tems de remettre en mule le foulier qu'on lui avoit öté.

Le gouverneur fe leva avec fureur. La rag? étince'loit dans fes yeux. Il vouloit courir après la perfide, mals leroi jetantfurluiunregardsévère, quoiqu'il eut envie de rire, & le duc d'Eerhart & lé prince de Frycore le prenant par le bras, tout-beau, lui dirent-ils, monlieur, fouvenezvous de la promelfe que vous avez faite au roi. Les regards de fa majefté, & ces paroles le firent rentrer dans fon devoir.

Comme le grand bailli étoit veuf, ce fut le tour de madame la préfidente, la même qui avoit infifté avec tant d'oftentation de vertu, pour que le roi fit venir le fabot. C'étoit une grande femme de quarante ans paflés, qui avoit été belle, & qui avoit encore de beaux jours. Le préfident n'avoit pas trente ans. Elle l'avoit époufé par inclination après la mort de fon premier mari, & lui avoit fait des avantages confidérables. Mais le gout

Sluiten