Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

35* HlSTOTR.1t

Cependant les boiteufes, jaloufes même des filles qui ne boitoient pas, portèrent les jeunes gens de la ville a ptéfenter au roi une requête, pour qu'il plüt a fa majefté de faire pafler roures les filles de la ville par I'épreuve du fabot,; Mais le roi craignant que cela n'empèchat trop de mariages, refufa, fans en dire la raifon; On la devina fans beaucoup de peine.

Deux jours après Forreferre, extrêmement ennuyé X Alburgetftad, malgré les fcènes qu'il s'y étoit données, en partit pour Bititibi. Son genou étoit encore fi foible, qu'il ne pouvoit marcher que lentement, & qu'avec beaucoup de précaution. On craignoit les accidens de la chaife de ;pofte. Ou difoit même que le feul mouvement feroit trés -nuifible; mais on prit toutes les précautions dont on put s'avifer, 8c il arriva enfin trois jours après dans Ie lieu charriiant oü étoit fa ehère princefle de Blanchebrune. Elle avoit été infotmée du départ de Fotteferre par un courier' dépêché deux jours auparavant. Titi en avoit été informé de même, 8c la joie étoit grande dans les deux cours, par 1'efpérance de leur prompte réunion.

Forteferre qui ne Vouloit pas retarder la joie que Titi auroit de revoir fa chère Bibi, ne refta qu'un jour a Bititibi, oü on ne laifla que le feul

eapitain©

Sluiten