Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

356 Histoirï fans lui rien dire; leurs regards fe rencontrèrent alors, & reftèrenr fixés queiques momens. Qu'ils fe dirent de chofes fans parler! quelle effufion de cceur! que de douceurs! que de fenfibilité! que de charmes fe communiquèrent a leurs ames! qu'ils cprouvèrent parfaitement qu'il peut y avoir entre des ctres fenfibles une communication de fentimens , dont ils fe pénétrenr en un inftant d'une manière plus vive, plusétendue, plus tcuchante, plus perfuafive mille fois, Sc plus éloquenre, que les plus beaux difcours! lis ne fe parlèrent pomt. Ils fe dirent plus de chofes qu'on n'en peut exprimer. Tout ce qui peur aflurer de la tendreffe Ia plus vive Sc la plus pure, de la fidéliti la plus parfaite; tout ce qui peut marquer 1'état d'une ame ravie & tranfportée de fon bonheur, leurs yeux fe le dirent en un moment, Sc fi bien, qu'ils fe bomèrent a ce langage.

La joie dont le cceur du prince de Félicie fut pénétré, ranima celle qui lui étoit naturelle. Il redevint vif, enjoué, charmanr, il fit la joie du refte du voyage. Tout le monde fut furpris de fon changement, & Bibi 1'en félicita, fans vouloir pénétrer, dit-elle, ce que vous m'avez dit qu'il falloit feindre de ne pénérrer pas.

Le huitième jour du voyage, on n'avoit plus t]ue trois heures de chemin a faire pour arriver

Sluiten